STÉPHANIE DO

Ma question à M. Thierry Breton, commissaire européen chargé du marché intérieur en Commission des affaires économiques

Activités parlementaires

Hier, j'ai posé la question ci-dessous à M. Thierry Breton, commissaire européen chargé du marché intérieur lors de son audition par la Commission aux affaires économiques et la commission des affaires européennes

« Monsieur le commissaire,
Vous avez évoqué sur le média France Info, la mise en place prochaine d’un fonds de relance européen qui pourrait se situer entre « entre 1 000 et 2 000 milliards » qui aurait une vocation industrielle. En effet, vous rappeliez une chute des ventes de véhicules de l’ordre de « 88 % » dans l’Union européenne « sur le seul mois de mars ». Ainsi, si dans le contexte actuel il est normal et nécessaire de soutenir les entreprises afin d’endiguer leur chute et de contribuer à la reprise d’une vie normale et d’une économie stable. Il est également essentiel de respecter les engagements écologiques faits par l’Europe tels que la réduction des émissions de CO2 de 40 % par rapport à 1990 pour l’horizon 2030. En ce sens, est-il prévu des critères restrictifs d’éligibilité au fonds européen prochainement mis en place reposant sur le respect d’engagement environnemental? »

Réponse de M. Thierry Breton : "Le respect de l’engagement environnemental est un élément très important, aussi dans la filière automobile. Les plans sont des plans nationaux y compris en ce qui concerne les primes à l’achat, voire les primes à la casse mais souvent elles sont liées directement ou indirectement. Un certain nombre d’états membres commencent à conditionner l’octroi de ces primes.

En Europe, il y a un parc automobile et de nombreux véhicules attendent les acheteurs sur les parkings de l’Union européenne (UE). On voit ce qu’il se passe en France et c’est normal, il y a 600 000 véhicules (ordre de grandeur), pour l’UE ce sont des millions de véhicules. Il faut évidemment relancer cela. On entend dire « ces véhicules ne sont pas encore des véhicules électriques ». C’est exact mais pour tous ces véhicules, ils ont été conçus selon les nouvelles normes environnementales - avant on était en moyenne autour des 170/180 gr de CO2, maintenant on est plutôt à 70/80 gr de CO2. Ces véhicules vont nous permettre d’accélérer les objectifs 2030 et 2050. En 2050, c’est zéro CO2. Il faut donc effectivement trouver le moyen de restimuler la demande mais en corrélant ça à une accélération du développement de véhicules verts, hybrides et des nouvelles filières hydrogène. Il y a des réflexions très intéressantes qui portent sur ces aspects et que je soutiens à titre personnel."


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Voir notre politique de confidentialité