Activités parlementaires

Madame la Ministre,

Il y a deux semaines, j’ai présenté devant la CEC un rapport intitulé « Evaluation des coûts et bénéfices de l’immigration en matière économique et sociale », dont j’étais co-rapporteure avec Pierre-Henri Dumont.

Ce rapport est important surtout parce qu’il déconstruit beaucoup d’idées reçues sur l’immigration qui sont propagées par certains courants politiques : non, l’immigration n’a pas d’impact négatif sur l’économie française. En réalité, son incidence sur le marché du travail et les finances publiques est modérée et de plus, son impact sur la croissance et la compétitivité est positif à long terme.

C’est ce que des mois de travail et des auditions de 30 experts et responsables d’administrations, ainsi qu’un rapport préliminaire travaillé avec France Stratégie depuis 2018, nous permettent d’affirmer.

L’un des axes principaux de ce rapport est l’amélioration de l’insertion professionnelle des immigrés notamment celle des femmes. Les immigrés sont plus exposés au chômage et plus souvent déclassés par rapport à leurs qualifications. Il faut agir afin de favoriser l’insertion, et de faire de l’immigration professionnelle une force pour notre pays. Plusieurs leviers doivent encore être activés afin de poursuivre les efforts engagés, notamment poursuivre et valoriser les dispositifs vers l’emploi au-delà du contrat d’intégration républicaine.

Ce rapport plaide plus généralement en faveur de l’immigration professionnelle, qu’il faut renforcer et mieux piloter. Il formule 22 propositions qui vont dans ce sens. Cela va de la nécessité de rendre la France plus attractive pour les immigrés qualifiés, à la volonté d’actualiser les procédures de recrutement des travailleurs étrangers en passant par la nécessaire amélioration du système de reconnaissance des qualifications des immigrés.

Jusqu’à présent, notre politique est restée tournée vers l’immigration familiale et humanitaire. La volonté politique du gouvernement commence à s’attaquer à l’immigration professionnelle. Mais il faut aller encore plus loin !

Madame la Ministre : Quelles mesures prévoyez-vous afin de favoriser l’immigration professionnelle et de la rendre plus efficace en améliorant l’intégration professionnelle de ces immigrés ?

Réponse de la Ministre :

"Le rapport que vous et M. Dumont avez publié est important. C’est une contribution importante au sujet de l’immigration professionnelle. Il invite à repenser les procédures de recrutement, de formation, d’intégration pour plus de justice sociale mais aussi pour apporter une meilleure réponse aux besoins économiques du pays, notamment des PME. Je rappelle qu’une PME sur deux a du mal à recruter. Le premier souci dans le recrutement est de favoriser la formation des demandeurs d’emploi. C’est ce que nous faisons à travers le plan d’investissement dans les compétences où 2 millions de jeunes et de demandeurs d’emploi sont formés.

Comme le montre les études, l’immigration professionnelle ne concurrence pas la main d’œuvre, elle vient compléter les besoins qui ne sont pas couverts dans le pays. A condition qu’elle soit bien penser. Pour cela nous avons lancé en novembre 2019, une concertation avec les partenaires sociaux et l’association des régions de France sur deux sujets :

Simplifier les outils et les procédures qui régissent la délivrance des autorisations de travail. Il y a beaucoup de complexités inutiles, il faut être proche du terrain et régler ces problèmes.

Construire des outils qui permettent de déterminer les objectifs quantitatifs par métier, par famille de métier, pour notre politique d’immigration professionnelle en fonction des besoins de l’économie.

Le troisième sujet, vous l’avez évoqué, c’est aussi faire des efforts en matière d’intégration. On a très souvent pensé la politique du logement, la politique des visas et la politique de l’emploi et de la formation de façon complètement séparée. Dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences nous avons décidé de consacrer 150 millions d’euros pour multiplier par cinq les efforts de formation des réfugiés, à travers plusieurs programmes dont HOPE. Ces efforts vont être en particulier cibler sur les femmes qui sont souvent moins intégrées car moins aidées dans l’accès à la formation et à l’emploi.

Une meilleure intégration des immigrés c’est à la fois plus de justice sociale, plus d’efficacité économique et nous allons ensemble améliorer ce dispositif."


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Voir notre politique de confidentialité