STÉPHANIE DO

Commission des affaires économiques / auditions des acteurs sur les conséquences de la hausse des prix des matériaux et des matières premières

Activités parlementaires

Nous auditionnons les acteurs sur les conséquences de la hausse des prix des matériaux et des matières premières, avec la participation de M. Olivier Salleron, président de la fédération française du bâtiment, de M. Nicolas Douzain-Didier, délégué général de la fédération nationale du bois, et M. Marc Mortureux, directeur général de PFA, filière automobile et mobilités sur lors de la table ronde. J’ai posé la question la suivante :

« Nous faisons face, à une hausse inquiétante des matières premières, qui impacte le secteur de la construction. En première ligne face à cette hausse, nous trouvons le bois de charpente.

La France est pourtant un grand pays forestier, mais le manque de coordination entre les forêts, et les entreprises de transformation du bois, reste un problème récurrent, qui a été souligné par la Cour des comptes en 2020, que : « La forêt [en France] demeure partiellement exploitée : seule la moitié de son accroissement annuel est récoltée, le volume de bois en forêt ayant augmenté de 45 % en trente ans ».

Ainsi, au vue de ce constat, quelles mesures envisagez-vous, pour encourager les exploitations forestières et les entreprises de transformation du bois, à multiplier les contrats entre elles afin d’augmenter la production de bois en France, et a contrario, de mettre fin à une dépendance excessive à l’importation, qui participe d’ailleurs, plus ou moins directement, aux excès d'exploitation de certains pays ? Je vous remercie. »

Réponse de M. Nicolas Douzain-Didier : "Sur la production du bois, tout ce qui est peut-être fait pour la modération des prix sera d’une extrême importance. Sur la filière du bois nos objectifs de croissance sont très forts. Quand on est industriel le temps pour construire une usine est de 3 à 5 ans. C’est donc le temps qu’il nous faut pour structurer la filière et nous nous y employons. Par ailleurs les majors de la construction sont venus à nous ce qui n’était pas arrivé depuis très très longtemps et indépendamment du coté réglementaire et législatif ils engagent par cela une mutation interne vers le bois parmi les autres matériaux. Pour cela nous sommes en discussion avec des promoteurs pour bien enclencher la dynamique. Aujourd’hui, nous investissons pour mieux développer notre filière car oui Madame la Députée a raison nous ne mobilisons pas assez nos ressources présentes dans notre pays sur le bois."


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Voir notre politique de confidentialité