Activités parlementaires

Ce mercredi 20 novembre, le Gouvernement a présenté de nouvelles mesures d’ampleur dans la lignée du Plan Ma Santé 2022 pour accompagner la transformation de l’hôpital et améliorer les conditions de travail des soignants.

Plan d'urgence pour l'hôpital : Renforcer l'attractivité des métiers

Quelles mesures immédiates pour l’attractivité des carrières hospitalières ?

  • Prime d’engagement revalorisée sur les métiers en tension, comme les médecins et paramédicaux (infirmiers, manipulateurs radio).
  • Prime d’engagement territorial en faveur des médecins et indemnité de service public exclusif attribuée dès la période probatoire.
  • Prime pérenne de 800 euros par an, dès janvier 2020, aux 40.000 infirmiers et aides-soignants qui gagnent moins de 1.900 euros nets mensuels et vivent à Paris et en petite couronne (coût du logement élevé).

Quelles mesures pour mieux reconnaître les efforts de chacun ?

  • Enveloppes financières données aux hôpitaux pour récompenser les personnels, soit 200 millions d’euros au total, ce qui représente une prime annuelle variable autour de 300 euros pour 600.000 personnels.

Quelles mesures pour mieux reconnaître les efforts de chacun ?

  • Prime de 100 euros nets mensuels dès 2020 pour ceux qui exercent en gériatrie.
  • Amélioration des fins de carrière en créant un « grade de débouché ».

Deux chantiers à faire aboutir dans les 6 prochains mois

  • Revoir complètement le statut du médecin à l’hôpital.
  • Améliorer la situation des centres hospitalo-universitaires : priorité aux missions des CHU.

Plan d'urgence pour l'hôpital : Augmenter les budgets et alléger la dette

La loi de programmation pluriannuelle pour la recherche est en préparation. Elle prendra en compte la souplesse et l’individualisation des parcours, notamment les débuts de carrières pour attirer les jeunes talents.

Quelles sont les mesures ?

  • 1,5 milliard d’euros d’augmentation du budget de l’assurance maladie juqu’en 2022, dont 300 millions dès 2020. L'ONDAM passera de 2,1% à 2,45% l'an prochain, et de 2,4% en 2021 et 2022.
  • Ce montant s’ajoute à la trajectoire prévue initialement par le gouvernement. Il sera voté la semaine prochaine dans le cadre du PLFSS pour 2020.
  • Les tarifs hospitaliers ne baisseront pas jusqu’en 2022. C’est un changement de cap historique par rapport aux 10 dernières années ! Le gouvernement s’engage à augmenter chaque année les tarifs d’au moins 0,2%.
  • 150 millions d’euros sur 3 ans consacrés à l’investissement courant pour améliorer le quotidien des personnels (achat de petits matériels, travaux de rénovation).
  • 10 milliards d’euros sur 3 ans pour un plan massif de reprise de dettes. Un plan attendu par les personnels car l’investissement hospitalier a été divisé par deux en 10 ans alors que la dette des hôpitaux a bondi de 40%.
  • Une loi sera présentée au 1er semestre de 2020 pour restaurer l’équilibre financier des établissements hospitaliers.
  • Réduire la dette, c’est redonner de la marge aux hôpitaux pour investir, se moderniser et accompagner ainsi la transformation du système inscrite dans la stratégie « Ma Santé 2022 ».

Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Voir notre politique de confidentialité