STÉPHANIE DO

Questions au Gouvernement du 14 janvier : hôpital public

Activités parlementaires

Ce que vous avons fait pour l’hôpital public

1 – La philosophie de notre action

Dès son arrivée, le Gouvernement a partagé avec les acteurs un diagnostic de la situation et a travaillé avec eux à une transformation en profondeur de l’ensemble de notre système de santé, afin de lui redonner sens et efficacité, de travailler à une meilleure articulation entre la médecine de ville et le secteur hospitalier, et de favoriser des réponses adaptées à chaque territoire.

2- Concernant l’action du Gouvernement en faveur de l’hôpital public :

Ce qu’on a fait pour les établissements :

L’effort de soutien à l’hôpital, et notamment à l’hôpital public est réel et massif : le 20 novembre dernier, nous avons annoncés des mesures pour soutenir et redonner de l’oxygène à l’hôpital public :

• + 1,5 milliard d’€ de budget supplémentaire pour les hôpitaux sur 3 ans pour recruter, moderniser, ouvrir des lits là où il en faut;

• Reprise d’un tiers de la dette soit 10 milliards € pour alléger les charges financières et redonner des marges de manœuvre : cela représente entre 800M€ et 1milliard d’euros d’allégement de charges financières (intérêts et capital)

• Enfin nous nous sommes engagés à ce que les tarifs des hôpitaux, c’est à dire les prix que les hôpitaux facturent à l’assurance maladie et qui constituent une partie importante de leur budget, ces tarifs augmenteront pendant 3 ans, après quasiment une décennie de baisse ; ils seront revus encore à la hausse à chaque fois que la lutte contre les actes inutiles et non pertinents le permettra.

Ce qu’on a fait pour les personnels :

Nous répondons sur l’attractivité des métiers avec plusieurs primes mais aussi avec des simplifications et des assouplissements.

• Une aide-soignante en gériatrie en Île-de-France et gagnant aujourd’hui moins de 1900 € net par mois bénéficiera de l’équivalent d’un 13ème mois en plus (soit 2000 € nets par an de plus)

• Un infirmier travaillant dans un service d’urgence et pratiquant de nouveaux actes dans le cadre d’un protocole de coopération gagnera aussi plus de 150 € net par mois.

• Des primes seront également mises en place pour les personnels de l’hôpital, aux soignants, aux médecins, aux paramédicaux , pour reconnaitre leur engagement permanent dans le soin des patients

• Des mesures seront également prévues pour lutter contre les dérives de l’intérim médical.

Par ailleurs, s’agissant des urgences : nous avons revalorisé la prime de risque à 100€ nets dès le 1er juillet 2019 pour tous les professionnels des services d’urgences, et créé une prime de coopération de 100€ bruts par mois pour les personnels paramédicaux qui se verront déléguer des tâches par les médecins.

Ce qu’on a fait pour la place des médecins dans la gouvernance :

En outre, la gouvernance des hôpitaux sera adaptée afin de mieux intégrer les médecins dans le processus de décision : en renforçant notamment le rôle du Président de la commission médicale d’établissement et en revalorisant les fonctions de chefs de pôle et chefs de service.

3 - Concernant la démission des chefs de service et responsables hospitaliers

Dans une lettre adressée à la Ministre des Solidarités et de la Santé, les signataires d’une pétition, dont la moitié sont des chefs de service ou de pôle, menacent de démissionner de leurs fonctions administratives tout en continuant à exercer dans leur hôpital : ils revendiquent une meilleure rémunération pour les soignants, une hausse des moyens financiers pour l’hôpital, une réforme du mode de financement des établissements et une gouvernance donnant davantage de place aux soignants.

Le Gouvernement n’ignore pas les difficultés exprimées, bien au contraire, c’est parce que nous partageons le constat que nous avons pris les mesures d’une ampleur inédite dans le plan « Investir pour l’hôpital » le 20 novembre 2019. Ce plan renforce le soutien aux hôpitaux engagés dans les transformations de « Ma Santé 2022 ». Ces mesures sont significatives, elles sont une vraie inflexion tant sur les moyens, après 10 années de restriction.

Ces moyens supplémentaires permettront de primer les soignants, de créer les lits nécessaires, de moderniser les conditions de travail.

La priorité du Gouvernement est de mettre en œuvre rapidement ces mesures car l’impatience qui s’exprime est légitime et nécessite d’avancer.

La Ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn recevra une délégation des signataires de cette pétition dès la fin de cette semaine, pour un échange de fond transparent, sur l’ensemble des sujets.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Voir notre politique de confidentialité