Activités parlementaires

Transformation du système de santé : un plan pour sortir de la course aux actes, en ville comme à l’hôpital. Moins de pression pour les soignants, plus de qualité pour les patients.
[Contexte : le Premier ministre a présenté hier matin la stratégie de transformation du système de santé à l’hôpital Simone Veil d’Eaubonne.]
· « Ce n’est pas une énième réforme de l’hôpital » (PM, discours, 13/02/2018) mais « une transformation globale » (A. Buzyn, tweet). « Le temps des rafistolages est révolu. » (PM)

· Cette transformation est nécessaire car notre système est « essoufflé » (A. Buzyn, tweet.) : faiblesse de la prévention, difficile accès aux soins sur certains territoires, complexité liée au cloisonnement hôpital / ville, financements qui « ne poussent pas à la coopération ». (PM)

· Elle doit se faire dans le sens du patient, avec la qualité et la pertinence comme boussole.

· 100 millions d’euros par an y seront consacrés, en plus du budget de l’Assurance maladie. « Nous attendons des changements forts mais nous sommes prêts à les accompagner. »

· Une concertation aura lieu de mars à mai 2018, à trois niveaux : local, national et numérique, pour que « chacun puisse s’exprimer et nous dire quelles sont ses attentes ».

· La réflexion sera structurée autour de 5 chantiers :

1. La qualité des soins et la pertinence des actes. Des propositions seront faites par les professionnels d’ici l’été 2018 pour améliorer la pertinence des soins, et des indicateurs de qualité sur les 10 pathologies les plus fréquentes seront mis en place en 2019. La satisfaction des patients sera également systématiquement mesurée.

2. Les modes de financement. « Le Président a fixé un objectif clair pendant la campagne : 50% maximum de tarification à l’activité. On doit donc travailler pour construire les autres 50% ».

3. Le numérique. Une mission « e-santé » sera chargée d’atteindre 3 objectifs : a) l’accessibilité en ligne de toutes les données médicales ; b) la dématérialisation de toutes les prescriptions ; c) le partage de l’information entre tous les professionnels de santé.

4. Les ressources humaines. En matière de formation, Il faut mettre fin à « l’effroyable gâchis de la première année ». Une « réflexion sans tabou » sera menée sur le numerus clausus, pour des mesures début 2019. Un « service sanitaire des étudiants en santé» sera par ailleurs mis en place.

5. L’organisation territoriale. Pour garantir l’égal accès aux soins, il s’agit de mieux structurer les soins de ville, de continuer à tisser des liens entre ville et hôpital et de travailler à la gradation des soins.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.