STÉPHANIE DO

Adaptation des conditions d’éligibilité du fonds de solidarité pour les chef d’exploitation agricole associés en GAEC

Activités parlementaires

Les ministres de l’Economie et de l’Agriculture, Bruno Le Maire et Didier Guillaume, ont décidé d’adapter les conditions d’éligibilité du fonds de solidarité pour les chef d’exploitation agricole associés en Groupe Agricoles d’Exploitation en Commun (GAEC).

C’est une très bonne nouvelle pour les chefs d’exploitation qui pourront désormais déposer une demande individuelle d’indemnisation.

En Seine-et-Marne, nous avons la chance d’avoir plusieurs exploitations agricoles qui font la richesse de notre territoire. C’est un département riche de sa tradition agricole.

La crise du COVID-19 a lourdement impacté ces exploitations. Le confinement, les règles de distanciation physique et la fermeture des commerces non-essentiels ont engendré non seulement un manque à gagner mais également de lourdes pertes pour le secteur. Pendant toute la durée de la crise, j’ai été en lien avec diverses filières agricoles qui m’ont demandé de l’aide pour faire face à la crise sanitaire. L’Union du Brie de Meaux et de Melun, l’Association des Producteurs de Lait Indépendants et d’autres producteurs de taille plus modestes m’ont sollicité afin de les aider.

L’une des problématiques était la main d’œuvre. La plupart de ces exploitants se reposent sur une main d’œuvre saisonnière immigrée qui n’était pas rendue disponible par le confinement. Je félicite le Préfet de Seine-et-Marne qui a permis aux immigrés en situation régulière de travailler dans ces exploitations.

Une autre problématique était la compensation des lourdes pertes subies à cause de la crise. L’élargissement du fonds de solidarité est donc une excellente nouvelle pour ces exploitants agricoles.

Tout au long de la crise, j’ai écouté les problèmes des différentes filières agricoles et ai cherché à y apporter des solutions en lien avec le ministère de l’Agriculture, mais aussi le ministère de l’Economie. J’ai notamment interpellé le ministre de l’Agriculture en commission des affaires économiques le 16 avril sur le sujet du besoin de main d’œuvre immigrée des exploitants agricoles.

Je suis ravie que ce travail commun permette à la filière agricole de faire face aux difficultés qu’elle rencontre


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Voir notre politique de confidentialité