STÉPHANIE DO

Coronavirus : Principaux messages du Gouvernement

Actualités de la circonscription

En France, dimanche 8 mars, nous avions selon Santé Publique France 1126 cas d’infection par le coronavirus.

• Nous sommes toujours en stade 2 : le virus est présent dans certains territoires et circule. Même s'il n'est pas présent partout sur le territoire.
• Sur ce point, il faut rappeler que les différents « stades » correspondent à l'évolution de la diffusion du virus sur le territoire, et que cela n'a rien à voir avec l'augmentation de la dangerosité de ce virus.
• Nous avons donc débuté par le stade 1 ; nous sommes en stade 2, l'évolution vers le stade 3 (où le virus circule activement sur tout le territoire) est probablement inéluctable ou difficilement évitable puis nous terminerons en stade 4 qui correspond au retour à une situation normale.
• L'objectif des autorités sanitaires est d'apporter des réponses adaptées, cohérentes et proportionnées à chacun de ces stades.
• S’agissant du stade 2, le Premier ministre a annoncé vendredi 6 mars que dans les foyers où le virus circule avec beaucoup d’intensité, un renforcement des mesures de stade 2 et une adaptation du dispositif de prise en charge sanitaire seraient mis en place.
• Nous restons pleinement mobilisés sur le terrain, en lien avec les autorités, pour être au plus près des besoins et spécificités locales (mise en place d'une nouvelle stratégie de prise en charge en ville, tests mis en place avec les professionnels de santé et les ARS sur tous les territoires).

Plus globalement :
Le Gouvernement a anticipé les besoins futurs pour que notre système puisse faire face à la propagation de l'épidémie. Ainsi depuis 2 jours, la réserve sanitaire est mobilisée par les agences régionales de santé qui en ont fait la demande, en renfort des établissements de santé. Elle est composée de professionnels de santé volontaires (directeur d'hôpital, médecin, psychologue, pharmacien, infirmier, ambulancier) qui peuvent être en activité, sans emploi, à la retraite depuis moins de 5 ans ou en formation.

Nous avons aussi prévu d’anticiper de possible difficultés d’approvisionnent en solutions hydro-alcooliques, en publiant un arrêté permettant aux officines de fabriquer elles-mêmes des solutions hydro-alcooliques.

Questions / Réponses :

1) Que veulent dire plan Blanc et plan Bleu ? quelles sont les différences entre ces deux plans ?

Les plans Blanc et Bleu sont déclenchés par le directeur de l'établissement de santé en lien avec les Agences Régionales de Santé. Au niveau national, ils seront donc mis en place progressivement : les établissements de santé et médico - sociaux déclencheront leur plan de mobilisation interne, qui correspond au démarrage de leur plan blanc pour les hôpitaux et les cliniques, de leur plan bleu pour les EHPAD et autres établissements médico - sociaux.

Concernant le plan blanc, inscrit dans la loi depuis 2004, permet de préparer l'établissement hospitalier à un afflux de patients (mobilisation des professionnels de santé, des moyens matériels et logistiques, adaptation de l'activité médicale).

Concernant le plan bleu, il s'agit d'un plan spécifique pour les établissements médico - sociaux qui comprend une mobilisation particulière sur l'hygiène, une lutte contre le risque d'isolement, une augmentation potentielle en personnel.

2) Pourquoi fermer les établissements scolaires et pas les universités par exemple ?

Nous fermons les établissements scolaires parce que ces lieux sont susceptibles de favoriser la propagation du virus. En effet, les enfants peuvent transmettre le virus et il leur est difficile de respecter les gestes barrières d’hygiène qui sont indispensables pour freiner la progression du virus.

3) Pourquoi fermer les écoles uniquement dans ces zones et pas dans le reste de la France ?

Cette décision est prise dans les zones où le virus circule activement, dans l’optique de freiner la propagation du virus.

4) Comment les enfants vont-ils faire pour suivre les cours ?

Dans ce cas une continuité pédagogique sera mise en place pour maintenir un contact régulier entre l'élève et ses professeurs.

5) Pourquoi fermer les écoles uniquement dans ces zones et pas dans le reste de la France ?

Cette décision est prise dans les zones où le virus circule activement, dans l’optique de freiner la propagation du virus.
À cette fin, le directeur d’école ou le chef d’établissement s’assurera, notamment en prenant appui sur les réseaux existants (espaces numériques de travail, messageries électroniques ou outils similaires propres dans les établissements privés), que l’élève a accès aux supports de cours et qu’il est en mesure de réaliser les devoirs ou exercices requis pour ses apprentissages.

6) Quid des élèves qui résident dans une commune appartenant à un "cluster" et qui sont scolarisés dans une commune n’appartenant pas à un "cluster" : peuvent-ils se rendre dans leur établissement scolaire ?

Non. Ces élèves ne doivent pas être envoyés à l’école, au collège ou au lycée jusqu’à nouvel ordre. Le ou les responsables légaux des enfants en avisent l’école ou l’établissement scolaire. Les élèves bénéficieront pour toute la période durant laquelle cette consigne sera appliquée de la continuité pédagogique.

7) Comment mon enfant continue-t-il à apprendre en cas de fermeture de son école, de son collège ou de son lycée ?

Selon l’évolution du contexte, la fermeture temporaire d’une école ou d’un établissement scolaire peut être décidée. Un service de continuité pédagogique sera assuré pendant cette période par l’établissement ou l’école. Ce service peut s’appuyer sur une plateforme pédagogique gratuite du CNED : "Ma classe à la maison".

Ce service offre la possibilité de tenir des classes virtuelles, permettant ainsi de maintenir le lien humain entre l’élève, ses camarades et ses professeurs. Il sera accessible aux élèves concernés de la Grande Section à la Terminale.

C’est le directeur d’école ou le chef d’établissement qui communiquera l’adresse et les modalités d’inscription pour se connecter à la plateforme "Ma classe à la maison". Chaque élève bénéficiera de son propre compte.

Les professeurs accompagneront leurs élèves pendant toute la période de fermeture dans l’utilisation de ces ressources en leur adressant supports de cours et exercices via l’environnement numérique de travail (ENT) ou la messagerie électronique.

8) Quels sont les impacts des mesures d’isolement des élèves ou de la fermeture des établissements sur les épreuves des examens?

Si un élève est empêché de se rendre à une épreuve, il lui sera proposé de repasser l’épreuve d’examen dans les mêmes conditions que s’il était empêché d’y participer pour toute autre raison dûment justifiée (maladie, etc.). Ce peut être le cas, par exemple, pour des épreuves communes de contrôle continu prévues début mars.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Voir notre politique de confidentialité