STÉPHANIE DO

Décès dans le squat de la Grande Allée à Noisiel : j’avais alerté le Préfet des conditions précaires des populations de ce squat

Actualités de la circonscription

Communiqué de presse du 28 avril 2020 envoyé aux journaux locaux (la Marne, le Parisien et le Magjournal77) : Je tiens à m’exprimer à la suite du décès d’une personne mineure dans le squat de la Grande Allée de Noisiel. Je réaffirme mon engagement pour la protection des plus précaires et dresse le bilan des actions en faveur des sans-abris dans le département.

L’actualité de notre département a fait l’état d’un drame, puisqu’il a été rapporté qu’une jeune fille de 17 ans résidant dans le squat de la Grande Allée à Noisiel est décédée ce weekend. Le parquet de Meaux a ouvert une enquête en recherches des causes de la mort, mais la cause du décès vraisemblable est le COVID–19

En cette période de crise sanitaire sans précédent, ce sont les plus précaires qui sont le plus en danger. Les sans-abris n’ont pas toujours les moyens matériels de respecter les mesures barrières, et n’ont aucun domicile où se confiner.

C’est pourquoi, depuis le début de la crise sanitaire, le gouvernement a mis en œuvre de nombreuses mesures afin d’aider les plus démunis.

A ce jour, 10 843 places d’hôtels ont été mobilisées par les services de l’Etat afin de mettre à l’abri les sans domicile fixe. De plus, 157 000 places d’hébergement d’urgence ont été ouvertes. Enfin, la trêve hivernale a été repoussée jusqu’au 31 mai afin d’éviter toute expulsion.

Mais les mesures du gouvernement ne se sont pas arrêtées à la mise à l’abri. Tout a été fait pour que ces personnes puissent se nourrir et accéder aux produits d’hygiène, avec notamment la distribution de « chèques services » aux personnes sans domicile pour permettre d’acheter des produits d’alimentation et d’hygiène.

En Seine-et-Marne, ces chèques ont été attribués d’une part au SIAO afin qu’il organise la distribution aux personnes sans domicile, et d’autre part à la banque alimentaire afin de transformer ces tickets en denrées alimentaires destinées à l’approvisionnement des campements et squats dans le cadre des opérations hebdomadaires coordonnées par la Préfecture.

Enfin, afin de soigner les plus précaires, 95 centres d’hébergement spécialisés ont été ouverts partout en France afin de prendre en charge les sans-abris atteints du coronavirus, soit 3 488 places individuelles.

Depuis le début de mon mandat, je suis engagée en faveur du logement : c’est-à-dire que je veux préserver le logement des français, mais aussi protéger ceux qui n’en ont pas. J’ai donc œuvré depuis le début de la crise sanitaire à protéger les plus démunis.
Avec mon équipe, nous avons mené un travail d’écoute, en contactant une à une les associations caritatives de la circonscription, que ce soit le Secours Populaire ou la Croix Rouge. Nous avons également été sollicités par des associations d’aide aux sans-abris. L’ensemble de ces remontées de terrain nous a fourni une base solide pour informer les autres pouvoirs publics des situations.

J’ai par exemple alerté le Préfet sur le manque d’eau du bidonville de Champs-sur-Marne et le manque de nourriture du squat de Noisiel cité plus tôt. Le préfet m’a informé par retour de courrier le 23 mars que les habitants des bidonvilles du bois de Champs-sur-Marne et du squat de la Grande Allée de Noisiel seraient fournis en eau potable et en nourriture.

Le sujet du squat de la Grand Allée m’avait tout particulièrement inquiétée. Dès le 24 mars, j’avais échangé avec le Préfet au sujet de la sécurité dans cet immeuble. Celui-ci, voué à la destruction, comporte des risques d’incendies très sérieux. Plus tard, le 7 avril, des coups de feu avaient été tirés à proximité de cet immeuble, motivant un courrier de ma part au sous-préfet de Torcy. Celui-ci m’avait répondu dans un courrier du 16 avril que toutes les mesures seraient mises en œuvre pour en protéger les habitants, avec notamment la mise en place d’un site de consultations médicales sur place pour veiller à l’état de santé des habitants, mais aussi détecter et prendre en charge les personnes en situation de contamination.

Le 7 avril, j’ai demandé à la Préfecture un état des lieux de la situation des mineurs isolés dans le département. Je voulais m’assurer qu’aucun n’était laissé à la rue.

Protéger efficacement les plus démunis est un travail qui n’est possible que grâce à la coopération entre les différents les élus locaux, et grâce au soutien opérationnel indispensable des différentes associations de notre territoire.

Cependant cette actualité dramatique nous rappelle qu’il reste encore du travail. Partout où la précarité demeure, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger les plus démunis. C’est ma conviction la plus profonde, et un engagement que je tiens à renouveler.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Voir notre politique de confidentialité